Une blocure

 

A Vendegies dans la rue de Sommaing  nous pouvons voir une blocure

 

Une "bahotte" ou "blocure", soupirail donnant l'air et la lumière dans les caves des mulquiniers du Cambrésis au XIXe siècle.

Celle ci a perdu sa fonction utilitaire : apporter la lumière au tisserand travaillant. La blocure est équipée à l'extérieur d'un volet permettant de fermer l'accès à la cave.

 

Exemple de blocures

 

Ivr31 20095902729nuca pBahotte ou blocure cambresis

 

La cave, le meilleur endroit pour tisser :

 

Tous les locaux ne sont pas favorables au tissage du lin. Lorsque le fil est trop sec il casse, laissant des défauts dans le tissus. L'endroit le plus convenable de la maison est la cave, à cause de son humidité. Les mulquiniers possédent donc obligatoirement à l'aplomb de leurs habitations cette grande ouverture qui amène la clarté suffisante. Après le travail celle ci est fermée par des planches. L'accès a la cave se fait par les marches de l'escalier en pierres creusées en leur milieu, le sol est en terre battue et les murs régulièrement blanchis à la chaux. Le métier est installé de manière à ce que le tisserand placé le dos contre le mur reçoive l'éclairage directement sur l'outil. Lorsque le tisserand actionne son métier, on entend au dehors le "Tipe Tape Tipe Tape" caractéristique.

 

Le Métier de MULQUINIER :

Dans le nord de la France, aux XVIIème et XVIIIème siècles, on trouve fréquemment des personnes exerçant la profession de mulquinier. Le mulquinier est l’ouvrier qui tissait les batistes, étoffes de toile fine de lin utilisées pour l’habillement. Il appartenait à une industrie régionale prospère. Le mulquinier (ou meulquinier, murquinier, etc.) etait l’artisan qui fabriquait les étoffes de lin. L’appellation était dérivé du vieux mot molaquin ou mollequin qui était une étoffe de toile fine que nos ancêtres utilisaient pour leur habillement. Souvent, le mulquinier achètait directement le fil aux fileuses des villages et faisait travailler sous sa direction, dans sa cave, des ouvriers tisseurs. On donnait le nom de batiste (linon et toilettes) à ces toiles fines de lin. Toutefois, les mulquiniers et les tisseurs n’utilisaient jamais ce mot pour désigner leurs fabrications, mais les appellaient des toilettes ou linons.

 

Ouvrier cave a 1

Un tisseur à la main travaillant en cave à son domicile

 

 

 

Photo de la blocure rue de Sommaing

 

2017 07 07 170304

 

2a70303

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

×